Conditions générales de vente

Conditions générales de vente

I Base de l'accord

1.          Les conditions générales de vente suivantes s'appliquent aux commerçants. En ce qui concerne les consommateurs, ces conditions générales de vente s'appliquent uniquement avec les restrictions suivantes et seulement dans la mesure où elles ne contredisent pas les dispositions obligatoires des §§ 305 et suivants. BGB (Code civil allemand).

2.          Les livraisons et les services sont fournis sur la base de l'offre du vendeur - éventuellement modifiée en fonction du résultat d'une négociation d'adjudication - et/ou de la confirmation de commande du vendeur, au moins sous forme de texte, qui se réfère à cette offre ou négociation ou confirme la commande de l'acheteur.

Sauf indication contraire expresse, toutes les spécifications de livraison et/ou de performance figurant dans l'offre du vendeur - descriptions des matériaux et de la qualité ainsi que des mesures et des poids - ne sont qu'approximatives et se situent dans la plage de tolérance normale du secteur.

3.          Les conditions d'achat de l'acheteur qui s'écartent des conditions du vendeur sont exclues ; même si elles sont mentionnées dans le bon de commande, elles ne lient le vendeur que si elles sont expressément confirmées par écrit. En cas d'accord exceptionnel des conditions d'achat de l'acheteur, les conditions du vendeur s'appliquent également dans la mesure où elles concernent des éléments qui n'y sont pas réglementés .

4.          Tous les accords conclus lors de la conclusion et au cours du contrat doivent être confirmés par le vendeur sous forme de texte pour être efficaces.

5.          En l'absence de tout autre accord exprès écrit, les offres du vendeur sont sans engagement.

6.          Le vendeur a le droit d'employer des tiers, appelés agents d'exécution, pour l'exécution des obligations contractuelles.

II. Prix et conditions de paiement

1.          Les prix convenus sont valables, plus la TVA respectivement applicable, pour des livraisons au départ du centre de distribution du vendeur, y compris l'emballage, mais à l'exclusion des frais de transport et d'entreposage, de l'assurance transport et des autres frais d'expédition.

En cas de commandes dont le délai d'exécution est supérieur à quatre mois, le vendeur se réserve le droit de facturer ultérieurement un montant proportionnel en plus des prix convenus, en fonction des facteurs de coût modifiés.

2.          Les factures du vendeur doivent être payées dans les 30 jours suivant la date de facturation, au comptant et sans déduction ; en cas de paiement dans les 10 jours suivant la date de facturation, le vendeur accorde un escompte de 2 %.

Les lettres de change et les chèques ne sont acceptés par le vendeur que s'il en est expressément convenu et uniquement à titre gratuit pour le vendeur, sous réserve de leur éligibilité à l'escompte avec date de valeur du jour où le vendeur peut disposer de la contre-valeur. Lorsqu'il accepte des lettres de change ou des chèques, le vendeur ne garantit pas que la présentation ou les protestations seront faites rapidement.

3.          En cas de défaut de paiement de l'acheteur, le vendeur doit payer des intérêts au taux d'intérêt de ses propres engagements bancaires, mais au moins 9 points de pourcentage au-dessus du taux d'intérêt de base de la Banque centrale européenne ; pour les consommateurs, le taux d'intérêt de retard est de 5 points de pourcentage au-dessus du taux d'intérêt de base de la Banque centrale européenne. L'acheteur est en droit de prouver que le vendeur n'a pas subi de dommage ou seulement un dommage nettement inférieur causé par le défaut, si le vendeur exige des intérêts de retard supérieurs au taux légal.       

Si l'acheteur est en retard dans le paiement d'une livraison en tout ou en partie, toutes les créances du vendeur à l'égard de l'acheteur - y compris les créances sur les marchandises sur lesquelles se fonde l'acceptation, indépendamment de la date d'échéance des lettres de change - sont immédiatement exigibles ; la livraison d'autres marchandises n'est alors effectuée que contre paiement anticipé

4.          Les droits de rétention et de refus d'exécution du Pur-chaser concernant les demandes de paiement du vendeur, qui ne sont pas fondées sur une violation d'obligation malveillante ou par négligence grave du vendeur ou de ses représentants légaux ou agents, sont exclus dans la mesure où ces demandes reconventionnelles ne sont pas déterminées de manière incontestée ou juridiquement contraignante. L'exclusion ne s'applique pas tant que le vendeur, dans le cas de livraisons partielles défectueuses déjà payées ou de performances avec des livraisons ou performances de remplacement correspondantes, ne livre pas à l'avance, en ce qui concerne les autres obligations de paiement de l'acheteur.

5.          Le vendeur n'est autorisé à compenser les demandes de paiement par des contre-prétentions que dans le cas de contre-prétentions incontestées ou constatées comme juridiquement valables.

6.          Si le vendeur est informé, après la conclusion du contrat, que l'acheteur n'obtiendra peut-être pas un crédit pour la somme correspondante, le vendeur est en droit de reprendre la marchandise et d'exiger un paiement anticipé ou la constitution d'une garantie ; les demandes de dommages-intérêts pour inexécution ou non-exécution restent réservées.

En cas de divulgation d'un fait excluant la solvabilité de l'acheteur sur la base de la connaissance garantie, toutes les créances ouvertes contre l'acheteur à ce stade sont immédiatement exigibles, et tous les accords d'extension deviennent invalides.

III. Délais de livraison et d'exécution

1.          Les conditions de livraison convenues commencent à la réception de la confirmation de la commande par l'acheteur, mais pas avant la présentation des documents à fournir par l'acheteur, des autorisations, et notamment des spécifications de livraison et de service, ni avant la réception d'un acompte éventuel convenu au préalable.

2.          Les livraisons ou prestations partielles sont autorisées.

3.          Tout retard indépendant de la volonté du vendeur entraîne une prolongation appropriée des dates et délais de livraison, en particulier dans la mesure où ces retards se produisent pendant une période de retard déjà écoulée. Le Vendeur informera immédiatement l'Acheteur des circonstances de ce type.

             Pour le reste, la promesse de livraison/service du vendeur est soumise à la condition que le vendeur lui-même soit fourni en temps utile. Les retards de livraison et d'exécution dus à des cas de force majeure et à d'autres événements indépendants de la volonté du vendeur, qui peuvent entraîner une perturbation de l'auto-approvisionnement, sont soumis aux dispositions énoncées à la section VIII 3.

4.          Dans tous les cas de retard de livraison et de services dont le Vendeur est responsable, l'Acheteur devra accorder un délai de grâce approprié. Dans le cas où le vendeur n'a pas donné d'avis de disponibilité à exécuter le service après ce délai supplémentaire, le vendeur est autorisé à se retirer du contrat en ce qui concerne la partie de la livraison ou du service qui n'a pas été exécutée à ce moment, ou dans le cas où les agents d'exécution du vendeur sont coupables de préméditation ou de négligence grave en ce qui concerne le retard, le vendeur peut demander une indemnisation au lieu de la livraison en ce qui concerne cette partie de la livraison ou du service ; si l'acheteur est en mesure de prouver que l'exécution partielle ne présente aucun intérêt pour lui, l'acheteur aura les droits mentionnés concernant le contrat ou l'accord complet.

5.          Les retards de livraison ou d'exécution dont l'acheteur est responsable n'affectent pas les obligations et les délais de paiement convenus.

6.          Dans le cas de commandes sur appel, le vendeur est autorisé à livrer après six mois, même sans la demande de l'acheteur.

IV. Transfert des risques, mise en service et acceptation

1.          Tous les risques liés aux marchandises livrées sont transférés à l'acheteur lors de la livraison de ces marchandises au garde-meubles ; ceci s'applique également dans le cas de livraisons franco de port.

Le transitaire, le moyen de transport et l'itinéraire de transport sont choisis par le vendeur avec sa propre diligence, sauf si le pour-chasseur ne donne pas d'autres instructions avant l'expiration du délai de livraison.

2.          Les risques liés aux services prévus par le contrat sont transférés à l'acheteur dès l'acceptation ou le début de l'utilisation de ces services par l'acheteur.

3.          Si, à titre exceptionnel, un stockage temporaire des produits finis a été expressément convenu ou si un stockage devient nécessaire en raison d'un retard dans la réception/acceptation, le vendeur n'est responsable qu'en cas de préméditation et de négligence grave. Il n'est pas tenu d'assurer les marchandises à stocker. En cas de retard dans la réception/acceptation, le vendeur est autorisé à entreposer la marchandise aux risques et pour le compte de l'acheteur dans une entreprise d'entreposage commerciale. Pour le stockage dans les locaux commerciaux du vendeur, celui-ci peut facturer 0,5% du montant de la facture par mois, mais au moins 50,00 € pour le premier et 35,00 € supplémentaires pour chaque mètre cube complet de marchandises par mois. Les dispositions ci-dessus s'appliquent également au cas où l'expédition est retardée à la demande de l'acheteur de plus de deux semaines après que la disponibilité à l'expédition a été notifiée.

V. Réserve de propriété sur les marchandises, les outils et les moules

1.          Le titre de propriété de toutes les marchandises livrées par le vendeur à l'acheteur en vertu du contrat reste acquis au vendeur jusqu'à ce que tous les paiements dus et exigibles en vertu du contrat aient été réglés.

2.          Le traitement ou la transformation des marchandises sous réserve de propriété par l'acheteur, auquel il a droit dans les limites de son activité normale, sans que cela n'entraîne d'obligations pour le vendeur. En cas de transformation, de liaison, de mélange ou d'association de la marchandise sous réserve de propriété avec d'autres produits ne nous appartenant pas, le vendeur acquiert la copropriété de la nouvelle marchandise dans le rapport de la valeur facturée (montant de la facture y compris la taxe sur la valeur ajoutée) de la marchandise sous réserve de propriété par rapport aux autres marchandises, le Pur-chaser conserve la nouvelle marchandise résultant de cette transformation pour le fournisseur avec le soin d'un commerçant responsable.

3.          Sous réserve de toute notification contraire donnée par le vendeur à l'acheteur pour une raison quelconque dont l'acheteur peut être responsable, l'acheteur a le droit de vendre ces biens dans le cadre de ses activités commerciales normales. Afin de permettre une telle disposition, l'Acheteur cède par les présentes au Vendeur le titre de paiement de l'Acheteur pour tous les biens ainsi vendus par l'Acheteur ; en cas de disposition de biens dont le titre de propriété est partiellement détenu par le Vendeur, ladite cession sera limitée à une partie du titre de paiement de l'Acheteur égale à la valeur du produit ou de la machine livrés dans le cadre du contrat impliqué dans cette disposition. L'accord d'une interdiction de cession concernant la revendication du prix d'achat est explicitement interdit.

4.          La cession visée à l'article 3 est soumise à la condition que l'acheteur ait le droit d'encaisser le prix d'achat cédé, dans la mesure et aussi longtemps qu'il remplit correctement ses obligations de paiement envers le vendeur et si une grave détérioration de la situation financière ne se produit pas, ce dont l'acheteur doit informer le vendeur immédiatement. À la demande du vendeur, l'acheteur lui fournira tous les documents et informations nécessaires à l'exécution de la créance de prix d'achat due ; après la survenance des circonstances définies à l'article 1, le vendeur est en droit d'informer le vendeur de la cession.

5.          Le vendeur s'engage à libérer les garanties auxquelles nous avons droit en vertu des dispositions ci-dessus dans la mesure où la valeur de réalisation desdites garanties en cas d'utilisation dépasse de plus de 10 % le montant des créances qu'elles garantissent.

6.          L'acheteur n'a pas le droit de mettre en gage ou de céder à titre de garantie les marchandises dont la propriété est réservée ; il doit informer l'acheteur de toute saisie ou autre intervention de tiers et doit soumettre au vendeur tous les documents dont ce dernier pourrait avoir besoin pour défendre son titre sur lesdites marchandises.

7.          Les outils et moules, etc., que le vendeur fabrique ou fait fabriquer pour remplir ses obligations contractuelles, ou pour le compte de l'acheteur, restent sa propriété, même si l'acheteur supporte les coûts de fabrication en tout ou partie.

VI. Droits de l'acheteur en cas de défauts

1.          À l'exclusion de toute autre prétention, l'acheteur est en droit d'exiger l'exécution ultérieure sous forme de réparation ou - au choix du vendeur - de livraison de remplacement, mais seulement en même temps que la restitution de la marchandise défectueuse ; le droit de l'acheteur d'exiger une réduction du prix ou de se retirer du contrat en cas d'échec définitif de l'exécution ultérieure reste inchangé. Dans le cas de travaux de construction, le droit de l'acheteur de se retirer du contrat en cas d'échec définitif de l'exécution ultérieure est toutefois exclu.

2.          Le vendeur se voit accorder un délai raisonnable pour effectuer la réparation ou la livraison ou la prestation de remplacement ; dans le cas contraire, le vendeur est libéré de ses obligations de réparation des défauts.

3.          Les droits de l'acheteur pour défauts - à l'exception des droits à dommages-intérêts pour défauts, pour lesquels la section VII suivante. 4. s'applique - se prescrivent un an après le transfert des risques à l'acheteur, sauf si le vendeur a assumé une garantie pour la qualité des objets à livrer ou a dissimulé un défaut de manière frauduleuse et que les droits à réparation des défauts s'en trouvent affectés ; ceci ne s'applique pas dans le cas de la livraison d'objets au sens de l'article 438 al. 1, alinéa 2 b) du BGB. Dans le cas des §§ 438 alinéa 1, point 2 b) du BGB. 1 numéro 2, 634a al. 1 numéro 2 BGB, en revanche, le délai de prescription légal reste en vigueur. En ce qui concerne les consommateurs, la prescription est basée sur les dispositions légales.

4.          Après son choix, le vendeur est également autorisé, en cas de livraison de sources externes, à transférer à l'acheteur les éventuelles réclamations pour vices, conformément à l'article 1, première phrase, qu'il détient contre le fabricant ou le fournisseur précédent ; lors de l'exécution de ces réclamations, le vendeur soutient le Pur-chaser. Le règlement de l'article 1, deuxième phrase, s'applique également par analogie au vendeur.

5.          Les obligations légales d'inspection et de signalement des réclamations restent inchangées.

VII. Responsabilité juridique

1.          La responsabilité contractuelle et légale du vendeur et de ses auxiliaires d'exécution pour tous les dommages, tels que ceux dus à une culpabilité en contra-hendo, à la défectuosité de la marchandise (y compris tout dommage consécutif en résultant), à un retard, à d'autres manquements aux obligations ou à un délit civil est exclue, sauf si le vendeur a donné une garantie pour la qualité des objets contractuels à livrer ou a frauduleusement dissimulé un défaut ou a émis un "War-ranty". Les obligations cardinales sont celles dont le respect est essentiel à la bonne exécution du contrat et sur lesquelles le partenaire contractuel s'appuie et peut s'appuyer régulièrement.              

En outre, cette exclusion de responsabilité ne s'applique pas

- la responsabilité pour les dommages résultant d'une atteinte à la vie, au corps ou à la santé, qui est fondée sur une violation intentionnelle ou par négligence d'une obligation par le vendeur ou l'un de ses représentants légaux ou agents d'exécution, ou

- la responsabilité pour d'autres dommages, qui sont fondés sur un manquement intentionnel ou une négligence grave du vendeur ou de l'un de ses représentants légaux ou agents d'exécution ou- la responsabilité stricte obligatoire prescrite par la loi, par exemple en vertu de la loi sur la responsabilité du fait des produits.

2.          La disposition ci-dessus s'applique également si l'acheteur demande une compensation pour les dépenses inutiles au lieu d'une demande d'indemnisation du dommage au lieu de la prestation.

À l'exception de la responsabilité pour les dommages causés délibérément ou de la responsabilité objective obligatoire, par exemple en vertu de la loi sur la responsabilité du fait des produits, la responsabilité du vendeur - quel que soit le fondement juridique - est limitée ou restreinte dans son type et son étendue aux dommages prévisibles qui surviennent habituellement dans ce type de transactions ; en ce qui concerne la violation des obligations cardinales (voir ci-dessus), cela ne s'applique toutefois qu'en cas de négligence légère.

4.          Toutes les demandes de dommages-intérêts de l'acheteur contre le vendeur et ses auxiliaires d'exécution, qui ne sont pas exclues en vertu de ce qui précède, se prescrivent dans un délai de 2 ans ; il en va de même si l'acheteur demande, au lieu de la prestation, le remboursement des dépenses inutiles et une demande de dommages-intérêts. En dérogation à ce qui précède, les demandes de dommages-intérêts pour violation de l'obligation d'exécution ultérieure fondée sur un défaut se prescrivent dans le délai prévu à la section VI ci-dessus. 3. Le délai de prescription pour les droits contractuels à dommages-intérêts fondés sur un vice commence à courir avec le transfert du risque à l'acheteur, pour tous les autres droits, à la fin de l'année au cours de laquelle le droit est né et où l'acheteur a pris connaissance des circonstances justifiant le droit ou aurait dû en prendre connaissance sans négligence grave après la survenance du dommage et la partie responsable du dommage. Dans le cas de réclamations dues à un dommage intentionnel ou dans les cas de responsabilité légale obligatoire sans faute, par exemple en vertu de la loi sur la responsabilité du fait des produits, le délai de prescription est régi par les dispositions légales.

5.          Le délai de prescription dans le cas d'un recours contre la livraison selon les articles 445a, 445b du BGB reste inchangé.

VIII. Suspension des obligations contractuelles

1.          Événements et circonstances, l'événement ou 1. Événements et circonstances dont la survenance ou la prévention se situe en dehors de la sphère d'influence des partenaires contractuels (cela comprend non seulement les phénomènes naturels, les actes de gouvernement, les grèves et les lock-out, mais aussi tous les obstacles à la prestation dont les partenaires contractuels ne sont pas responsables, en particulier dans le domaine des transports), les perturbations du trafic et de l'exploitation - y compris les entraves et les empêchements de performance pour les fournisseurs et les sous-traitants -, ainsi que les goulets d'étranglement, les défauts et autres retards dans l'approvisionnement en matières premières), libèrent les partenaires contractuels de leurs obligations contractuelles dans la mesure et pour la durée de leur existence.

2.          Si des événements ou des circonstances du type décrit à la clause 1 entraînent une augmentation significative des coûts d'achat ou d'approvisionnement du vendeur, celui-ci peut exiger de l'acheteur une augmentation de prix appropriée, même dans le cas d'un accord à prix fixe, en apportant la preuve de cette augmentation. Si l'acheteur n'accepte pas une telle augmentation de prix dans un délai raisonnable à fixer par le vendeur, ce dernier est en droit de se retirer de la partie non exécutée du contrat.

3.          Si, en raison des événements ou des circonstances décrits à la clause 1, le vendeur n'est finalement pas en mesure de remplir son obligation de livraison ou de prestation dans un délai raisonnable à fixer par l'acheteur, l'acheteur est en droit de se retirer de la partie non exécutée du contrat, à l'exclusion de toute autre demande. Sous réserve des mêmes conditions, le vendeur est en droit de se retirer du contrat si ses efforts pour rétablir sa capacité de livraison ou de prestation, ce à quoi il reste tenu, ont échoué dans les 6 mois suivant la survenance de l'empêchement ; dans le cas où il ne reçoit pas de livraisons d'un des fournisseurs du vendeur, cela ne s'applique que si le vendeur a pris toutes les précautions raisonnables pour s'assurer que la transaction est conclue en temps utile et que son fournisseur ne lui a pas livré pour des raisons dont il n'est pas responsable.

IX. Résiliation prématurée du contrat

1.          Si la relation contractuelle est prématurément résiliée pour quelque raison que ce soit, avant que le vendeur n'ait complètement exécuté la commande, toutes les livraisons et/ou services effectués jusqu'à ce moment doivent être indemnisés comme suit :

a) Pour les livraisons et/ou services basés sur une somme forfaitaire, la compensation complète doit être payée, si et dans la mesure où le vendeur a livré les biens et/ou services complètement ; sinon, la compensation complète doit être réduite en fonction de la partie de la livraison non encore réalisée, qui doit être estimée si nécessaire.

b) Pour les livraisons et/ou services auxquels des frais de compensation spéciaux ont été attribués et qui sont facturés au prix coûtant, la compensation doit être calculée en fonction de l'état d'exécution actuel.

2.          Il n'est pas dérogé aux autres droits du vendeur concernant la résiliation prématurée du contrat.

X. Changements de circonstances

Dans le cas où les conditions techniques, économiques ou juridiques ne dérogeant pas à certaines dispositions du contrat ont changé de manière significative, de sorte que l'exécution du contrat dans les conditions convenues jusqu'alors constituerait une contrainte excessive pour l'une des parties, en particulier si la raison en est que l'équilibre entre l'exécution et la contrepartie est perturbé, le partenaire au contrat qui souffre des inconvénients de ces changements, peut exiger de l'autre partenaire une adaptation raisonnable du contrat.

XI. Lieu d'exécution et juridiction compétente

1.          Le lieu d'exécution pour les livraisons, l'exécution et le paiement est le siège social du vendeur. Cela vaut également pour les prestations du vendeur, dans la mesure où elles ne doivent pas nécessairement être livrées, par exemple dans le cadre d'un projet, à un autre endroit, qui est alors le lieu d'exécution.

2.          Il est convenu que le siège social du vendeur est le tribunal compétent, si le vendeur est un commerçant, une personne morale de droit public ou un fonds spécial de droit public.

XII. Droit applicable

Le droit allemand s'applique à l'exclusion de la Convention des Nations Unies sur les contrats de vente internationale de marchandises du 11 avril 1980 (CVIM). En cas de conflit ou d'incohérence entre les versions anglaise et allemande, l'original allemand prévaut.

 Avril 2020

Ce site utilise des cookies pour personnaliser le contenu (cookies de préférence) et pour analyser le trafic à destination de notre site (cookies de suivi). Les cookies pour l'évaluation statistique de l'utilisation de notre site Web ne sont installés sur votre appareil que si vous y consentez expressément en cliquant sur le bouton "Convenu". Si vous ne souhaitez pas accepter l'utilisation de ces cookies, il vous suffit de cliquer sur le bouton "Refuser les cookies". Nous vous recommandons d'accepter l'utilisation de cookies. Informations supplémentaires.